Que sont les binaires Usenet?

Pour simplifier, il s’agit de fichiers individuels ou de données brutes, c’est-à-dire de pièces jointes segmentées. Alors que les groupes de discussion ont été conçus à l’origine uniquement pour les messages texte, ils sont vite devenus une possibilité appréciée des initiés pour échanger des fichiers entre eux.

Ces fichiers ne sont pas joints au groupe de discussion sous forme de fichiers complets. Ils sont plutôt constitués d’un ensemble de fichiers individuels comprimés (fichiers RAR par ex.). Les fichiers PAR1 ou PAR2 également joints permettent d’éviter les erreurs de transmission dans les fichiers RAR et de le réassembler à la fin pour constituer un fichier complet.

Auparavant, les utilisateurs devaient eux-mêmes réunir les fichiers bruts pour former un tout : un processus laborieux. Aujourd’hui, cette opération est automatisée par les logiciels Usenet. Avec une fonction recherche fortement simplifiée, les fournisseurs Usenet professionnels ont démocratisé l’accès à Usenet.

Télécharger des binaires simplement

Les groupes de discussion avec pièces jointes, aussi appelés groupes binaires, sont faciles à identifier grâce à leur nom. Le plus souvent, le nom du groupe contient l’appellation « binaries ». Un exemple possible : alt.binaries.videos.

L’accès à ces groupes de discussion binaires n’est toutefois possible qu’à partir de serveurs spéciaux, tels que le proposent certains fournisseurs Usenet. L’avantage de ces serveurs est que la vitesse de téléchargement n’est pas limitée par la transmission d’un utilisateur à l’autre. Les binaires peuvent être téléchargés à la vitesse maximale offerte par la connexion Internet, étant donné que les données sont centralisées sur un serveur Usenet spécial.

Avec la généralisation toujours croissante de l’Internet haut débit, l’utilisation des groupes de discussion binaires et donc le téléchargement des binaires a fortement augmenté ces dernières années. Cette tendance en faveur de Usenet a été accentuée par les problèmes de sécurité des réseaux peer-to-peer et par les poursuites judiciaires des utilisateurs de sites de partage.